CATSR

Créé à Kinshasa le 22 décembre 2006 à la suite d’un séminaire international de formation en travail social de rue organisée par Dynamo International de 3 au 7 avril de la même année, en vue du suivi des recommandations formulées lors du séminaire ; Considérant la Convention de partenariat signée avec Dynamo international le 22 décembre 2006, la collaboration développée et les activités réalisées en partenariat jusqu’à ce jour ; Prenant en compte les dernières expériences de mise en œuvre du projet de prise en charge des enfants orphelins vulnérables en situation de rue de Kinshasa, Lubumbashi et Kananga pour la période allant de juillet 2014 à juin 2016 ; le programme d’accompagnement de la mise en œuvre de la loi portant protection de l’enfant en R D Congo allant de 2017 à 2021 étendus à trois autres villes de Bukavu, Mbuji-Mayi et Boma et de toutes les leçons apprises ; Mais aussi, en considération du contrat d’emphytéose signée entre le Ministère des Affaires Sociales comme propriétaire Cédant d’une part, le CATSR et Dynamo International comme respectivement Cessionnaire et Concessionnaire d’autre part, pour une durée de 20 ans renouvelable (contrat signé depuis seulement le 12 avril 2017) portant sur la cession d’un espace par les Affaires Sociales, la construction par Dynamo International du bâtiment qui abrite de Centre d’Accueil d’Urgence « LIKEMO » et les Bureau du Siège Administratif du CATSR et la poursuite des obligations contractuelles par le CATSR ; et par souci de pérenniser la collaboration avec le Ministère National Congolais des Affaires Sociales et continuer à jouer le rôle de service spécialisé et partenaire ; Vu la nécessité de se conformer aux exigences contextuelles du secteur social et le besoin d’améliorer son intervention et stratégie opérationnelle à la poursuite de son objet social, le CATSR se trouve obligé d’actualiser ses statuts, rester plus conforme à la loi n° 004/2001du 20 juillet 2001 portant dispositions générales applicables aux associations sans but lucratif, et parce que la rue existe, continuer à jouer son rôle de tisseur des liens.